Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index

Le Forum de Françoise Niel Aubin.


 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La mienne.

 
Post new topic   Reply to topic     Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index -> Des thèmes, déclinés, chacun à sa sauce. -> Renaissance.
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Françoise
Administrateur

Offline

Joined: 07 Apr 2011
Posts: 4,813
Localisation: ste Austreberthe.

PostPosted: Tue 31 Jan - 16:00 (2012)    Post subject: La mienne. Reply with quote

 Cette période artistique, me fut enseignée, quand j'étais au lycée, par mon prof de français, qui s’appelait monsieur van der Mallière. C'était un prof merveilleux, dont je garde un excellent souvenir.
 mais pour l’heure, moi, c'est un mot que me fait penser à autre chose.

Thomas va jouer au théâtre de la  Renaissance, comme vous le savez.

 Pour les gens qui me lisent, et qui se posent des question, cette "sortie du bocal", en fait, a commencé, théoriquement depuis fin mars. Donc, depuis quasiment un an.

 Moi, cette histoire de naissance, enfin, donc, de renaissance, me fait penser à celle vécue par un enfant, mais qui me fût relatée, par sa maman.

 Elle s'appelait Carmen. C'était une femme très vieille, quand je l'avais connue. Elle était l'épouse d'un copain de chasse de mon père, à Duclair.
  Lui était un charmant vieillard, qui ne se plaisait qu'avec les jeunes. Mais il présentait l'énorme inconvénéant, de ne savoir parler que de cul, du matin jusqu'au soir, ce qui rendait, malheureusement sa conversation, quelques peu ennuyeuse.

 Quand ils faisaient leurs courses, dans Duclair, d'un magasin à l'autre, lui gueulait, comme un putois, "vous avez pas vu Carmen", et tout le monde rigolait.

 Elle, avait la particularité, de présenter un gros problème de coordination respiratoire, qui l'obligeait, quand elle voulait parler, à inspirer très fortement, avant chaque parole, ce qui rythmait de façon assez étrange, l'ensemble de la conversation.

 Ils habitaient un pavillon, au bord de la route qui longe  l'Austreberthe, et son jardin était un véritable petit bijou, qui moi adolescente, me laissait dejà songeuse.
 Quand nous entrions chez eux, une forte odeur d’encaustique, remplissait la salle à manger, et le buffet normand, avec les poignées en cuivre,  brillait comme un sou neuf.

 Un jour, elle me raconta son accouchement...
 Figurez vous que c'était dans les années 50, environ.
  Au jour J, l'accouchement lui, ne se déclencha pas. Il n'existait, à cette époque, aucun moyen, contrairement à maintenant, pour pouvoir apprecisr la souffrance foetale, et c'était plus de l'ordre de la divination, que de faire de veritables pronostics. aujourd'hui, la medecine est incapable, vraiment, de comprendre le mecanisme de declanchement de kl'accouchement, alors, imaginez donc, à cette époque...
 Bref. S'inquiétant, elle fût hospitalisée... Cela faisait plusieurs jours, que l'accouchement, lui, aurait dû avoir lieu...
 je ne sais, réellement, comment la période intermédiaire, elle, avait du se passer, psychologiquement, j'ai connu moi, même, de ces moments, si particuliers, qui entourent les naissances, pour savoir combien, ils sont emprunts de terribles souffrances, et pas uniquement physiques.

 Mais quand l'accouchement lui, eut effectivement lieu, au bout de plusieurs jours, elle fût traumatisée, elle, par l'odeur, pestilentielle, que le liquide amniotique, répandait dans la pièce...

 Elle n'eut jamais d'autre enfant... Elle fut une bonne mère, je suppose.  Mais quand son fils, tombât amoureux, et qu'il voulut fonder un foyer, la relation mère bru, fût tellement mauvaise, qu'elles ne purent jamais s'encadrer... Dieu seul sait, si les conditions de cette naissance, elle, en fût responsable. 
  Je ne rencontrait, moi, que ses deux petits enfants, qui chassaient eux aussi... L'entente avec leurs grands parents, était admirable.

 Et bien moi, ce recit là, que je viens de vous faire, c'est exactement le sentiment que je ressens, moi, au sujet de ma propre renaissance, depuis des mois et des mois que celà dure.

 L'autre naissance, qui fit parler d'elle, fût... La mienne.

 Je suis née, moi, dans le lit de mes parents.... Oui, je sais, c'est pas courant, mais il eut, peut être, été plus profitable, de naitre en un endroit plus conventionnel, et que dans ce lit, précisément,  et peut être que les choses qui s'y passèrent par la suite, auraient pu être plus profitables, à ma tendre mère...

 Mais il n'en reste pas moins que oui, décidément, les circonstances, qui entourèrent ma naissance, furent assez épiques... c'est à dire que je me décidais pas à sortir, en fait.. alors, chaque jour, l’accouchement commençait, et à chaque fois, le médecin de famille, lui, se dérangeait pour rien...

 Et ce qui est fort étrange, c'est que ce schémas là, se surproduisit, ainsi, pour la naissance de ma seconde fille, et plus encore, pour la naissance de ma troisième.

 A cette époque, nous vivions mon mari et moi, au fond d'un chemin, où nous habitions une toute petite chaumière, avec un toit en ardoises.

 Pour accéder à la route, le chemin très long, serpentait, et coupait en son milieu, dans le sens de la longueur, deux parcelle quasiment en larges lacets d'herbes. Nous avions, à cette époque, des moutons...

  Il me semble que j'étais, moi, partie accoucher, trois fois pour rien.

 La première fois, que je fus convaincue d'accoucher, seule, à la maison, j'avais appelé les pompiers, mon mari, lui, étant absent... Ils paniquaient, la trouille que le bébé arrive, dans le camion de pompier, faisait qu'ils n'en menaient pas large...

 Puis j'ai pensé à mes moutons. S'il voyaient arriver le camion de pompier, avec le gyrophare, alors qu'ils étaient très farouches, ils auraient foncé dans les clôtures, et voilà les moutons, sauvés dans la nature... Ils me dirent "ne vous inquiétez pas,  restez couchée, sur la canapé, on arrive".

 Mais bon, c'était le début de travail, et je m’inquiétais, moi, de mes moutons.

 Alors, je pris ma valise, puis je suis partie, moi, à leur rencontre...J'étais là, devant la barrière, et j'attendais. Il faisait beau, il me semble. Et ça n'a pas manqué, leur discrétion sonore, en plein paysage normand, n'avait d'égale, que le verdeur de l'herbe tendre !

 Il arrêtèrent le camion, appelèrent leur service, pour dire qu'il venaient de réceptionner le colis.  Ils sortirent le brancard, le posèrent sur la route. Moi, j'étais prise d'un fou rire, tellement c'était exotique, et carrément comique. Faut dire que leur trouille, à eux, était assez désopilante....
 Un autre jour, le dernier, je crois bien, mes deux ainées étaient à la maison, comme d'habitude, j'avais envie d 'accoucher. En réalité, mes allées et venues, là bas, avait donné l'idée, à la sage femme, qui m'examinait, à chaque fois, et qui se foutait de moi, parce que j'arrivais pas à passer à l'acte, de me faire faire l'amnioscopie, par une élève sage femme.  j'avais bien senti, qu'elle manquait singulièrement d'assurance. Quand je vis la canule ressortir pleine de sang, je savais que c'était bon.

 Effectivement, le dernier jour, donc, je revois mon mari, tenant par la main, ma seconde, puis mon ainée... Je partais en ambulance, cette fois, et les filles et lui, me firent "coucou", comme si je partais en voyage.

 En fait, je crois qu'entre la première alerte, et le dénouement, il s'était passé quatre jours.

 Mais quand la sécu, elle, me présenta la facture, je fus obligé de retourner voir les sages femme, afin qu'elle me délivrent un certificat, pour justifier du fait, que le trajet, lui avait couté si cher !
_________________
"Je m'appelle Françoise", c'est comme ça dans ma vie, quand on me dit "framboise" je m'en vais je m'enfuis, je m'en vais je m'enfuis".


Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 31 Jan - 16:00 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index -> Des thèmes, déclinés, chacun à sa sauce. -> Renaissance. All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group