Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index

Le Forum de Françoise Niel Aubin.


 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Thé ou café, avec Bénabar, Bruno, "pour les intimes".

 
Post new topic   Reply to topic     Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index -> Et si on philosophait un peu.... -> Le vice et la vertu, je dirai même, "Le boulon et la verdure".
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Françoise
Administrateur

Offline

Joined: 07 Apr 2011
Posts: 4,813
Localisation: ste Austreberthe.

PostPosted: Mon 23 Jan - 14:13 (2012)    Post subject: Thé ou café, avec Bénabar, Bruno, "pour les intimes". Reply with quote

 Je dois préciser qu'il existe une conception de ces notions, en ce qui me concerne, qui risque d'être fort différente, de ce que couramment, on prétend, en régle générale.

 En effet, relativement aux  valeurs véhiculées par la sacrosainte Eglise Catholique, la notion de plaisir, elle, est carrément synonyme de vice... Voir l'existence même, à ce sujet des dites "ligues de vertu". Ce qui est donc à l'opposé de ma conception à moi.

 Mais la raison réelle pour laquelle j'exprime le désir, moi, d'aborder le sujet, c'est que Bruno, il y a quelques jours, dans l'émission "thé ou café", a dit qu'il lui paraissait souhaitable de fréquenter les excès...
 Vous savez tous à quel point j'aime Bruno, qui se fait, en m'acceptant comme muse, par l'intermédiaire de Thomas, un très précieux porte parole, comme vous le savez, véhiculant, ainsi, avec une forte délectation, non dissimulée, des valeurs que j'inspire à toute la troupe.

 Pour ce qui est des excès, je ne suis "grosso modo"", pas d'accord, sur ce point.  Je m'explique.

 Au sujet de beaucoup de plasirs, l'excès, en théorie, ne pose aucun problème. Le sexe, à l'excès, à ma connaissance, n'a jamais mis le corps en danger, et pas plus l'esprit. La nourriture, à part, une bonne crise de foie, et des lendemains un peu difficiles, ne va en aucun façon générer de comportements déplacés, quand à l'entourage.

 Nous prendrons comme référence, parce que c'est celle qui est la plus répandue, la consommation d'alcool.

 Je suis, moi, partisane de la consommation, visant à privilégier plutôt la qualité, au détriment de la quantité. Ceci, pour une simple raison.
 C'est que boire un excellent vin, ou un bon vin, quand on n'est pas ivre, procure un plaisir intense, et à ce titre, mérite d'être vécu.

 Ensuite, quand un individu, artiste, ou pas, ça n'a aucune importance, éprouve le besoin de consommer de l'alcool, souvent, ou régulièrement, dans le but d'atteindre un degré plus ou moins élevé de "soit disant" bien être, ce comportement là, n'a rien à voir, avec la notion de plaisir. Il ne s'agit, de rien de moins, qu'une seule et unique façon, de fuir un sentiment d'inconfort extrême...
 Selon les cas, il peut y avoir, pour expliquer cela, diverses causes.

 Soit l'alcoolisme est une valeur inconsciente, qui se refile de père en fils, on ne veut voir que le bon côté des choses, à savoir la convivialité, la rigolade, etc... Si ce comportement là persiste, y compris dans le milieu artistique, comme avant un concert, puis entre les concerts, les conséquences en général, se font vite sentir.

 En ce qui concerne la vie privée,  une nana sensée, elle, au bout de quelques mois, voyant le tableau, va simplement fuir, pour se protéger... L'avenir n'est pas rose, car l'alcoolique en question, va s'en prendre plein la gueule, de plus en plus souvent, de plus en plus gravement, et  la vie, même si le succès lui, est là, va finir par avoir un goût des plus aigres, qui ne fera qu'aggraver et renforcer l'alcoolisme en question.

 Soit l'alcoolisme a pour but non avoué, le plus souvent, de fuir un souffrance véritable,  plus ou moins consciente... c'est malheureusement un cas extrêmement fréquent. Et sortir de cet enfer, demande un courage certain.

 Certains d'entre vous connaissent très bien les raisons pour lesquelles moi, j'ai une sainte horreur de l'alcoolisme, je m'en suis deja expliquée.

 Mais sachez quand même qu' ayant travaillé comme vous le savez, beaucoup  le sujet,  avec Thomas, j'ai eu l'occasion, moi, de beaucoup y réfléchir, et de beaucoup progresser, sur le sujet. Ainsi, il m'est arrivé de me retrouver, voyant Thomas lui même, choses vraiment exceptionnelle, saoul, pour se donner en petit concert,  et quand je l'avais vu, ainsi, sur le youtube, je m'étais vraiment sentie mal, pour lui. Bien sûr, aucun de ses fans, n'a éprouvé le besoin, par politesse, de ne pas poser cette vidéo, sur le net. Personne ne voyait, bien sûr, "sauf moi".

 La raison en était que Thomas m'avait par ce concert, tendu un véritable traquenard,  me faisant croire que j'y étais la bienvenue, au point de m'y inviter par un mail, avec cocktail à l'appui, etc.... Pour une fois, arrivée sur place, m’entendre dire, par Vincent Frerebeau lui même, que Thomas souhaitait que je n'y sois pas.

 La seule et véritable raison, pour laquelle il le souhaitait, était qu'il voulait me faire travailler une chose, qui psychologiquement, me posait encore, à cette époque, une véritable souffrance.

 Bien sûr, vous devez trouver la méthode un peu dure. Voire, très dure.
 Mais quand le lendemain matin, j'ai vu cette vidéo, sur le net, j'ai parfaitement compris le message. A savoir que Thomas, lui était parfaitement conscient, que ce qu'il me faisait subir, lui fendait le cœur, et qu'avoir bu, pour donner son concert, lui avait permis de trouver le courage nécessaire....
 Il est arrivé, une autre fois, que Thomas réitère ce comportement là, et cette fois encore, il était alcoolisé.

 Quand Thomas, le lendemain, a lu ma réaction, hormis le problème qu'il voulait me faire travailler, il a fait retirer pour plusieurs mois, la dite vidéo, par égart moi.

 Ce que je veux dire, c'est qu'il peut arriver, qu'un homme pour diverses raisons, ressente le besoin de se prendre une cuite. Mais quand le comportement devient carrément une seconde nature, un truc dont on ne peut se passer, moi, je n'appelle pas celà "aimer fréquenter les extrêmes", j'appelle ça être  victime d'addiction... Ce qui est réellement différent.

 De toute façon, si vous allez dans un bistrot, e t que vous posez la question, à un mec qui a un verre d'alcool à la main, c'est toujours le voisin, qui a un problème d’alcool, mais jamais lui !

 Enfin, quand même, messieurs, il faut quand même que vous sachiez un truc. Un mec bourré, ça ne bande absolument pas, et ensuite, au lieu de faire l'Amour, ça ne pense qu'à dormir....Niveau érection, et bien c'est nul à chier ! Faut quand même bien qu'il y ait une nana qui ait les couilles pour vous le dire en face...

 Ensuite, un mec bourré, il faut faire un truc, en fait, qui est infaillible...

 Quand il est en plein dedans, mesdames, et bien vous le filmez, un quart d'heure. Ensuite, vous le couchez. Et puis le lendemain, à jeun, au petit déjeuner, quand "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", et que votre gamin, lui, viendra vous faire la bise, en ayant, lui, la politesse, à votre égard, de faire comme s'il n'était pas au courant, "adorable petit bambin qu'il est ", et bien vous lui faite une projection, sur grand écran, pour qu'il voie, "à tête reposée," ce que ça donne... Et croyez moi, ce sera autre chose que de regarder téléfoot, avec une bière à la main, que bobonne sera allée chercher !

 Si ça se reproduit, encore à d'autres occasions, ce qui est "pas mal", aussi, c'est de le coller sous la douche, et de l'asperger d'eau glacée... à mon avis, ça le fera réfléchir.

 Enfin, je crois qu'il est bien de préciser, que je suis pas ce qu'on peut appeler "une peine à jouir",  sans parler systématiquement, du côté séxuel....

 Et puis quand même, messieurs, sachez que quand vous êtes complètement bourrés, vous n'êtes absolument pas en mesure, d'assurer votre rôle de père, bienveillant. Oui, je sais, ça fait rabat joie, que de tenir un pareil discours. "Peut être", et bien j'assume. que votre compagne ou un de vos enfant, soit pris d'une crise de je ne sais quoi, qui nécessite d'appeler le SAMU, ou les pompiers, et bien vous en êtes littéralement incapable. vous voulez des preuves , et bien demandez vous donc pour quelle raison, quand ce genre de truc se produit, pour quelle raison votre compagne, ou votre épouse, ne boit elle pas, elle, au moins autant que vous ? Parce que son rôle inconscient de mère,  l'oblige, elle, a vous regarder, en pareils moments, comme de pauvres mecs, tellement pitoyables, qu'elle doit veiller sur vous, "au cas où". Alors, "de grâce", arrangez vous pour que ça arrive le moins possible.

  Quand à la notion de plaisir, je crois même pouvoir affirmer bien au contraire, que c'est ce que je recherche, le plus, le plaisir, considérant le fait que par mon histoire, c'est d'en avoir été privée, au sens le plus extrême,  c'est à dire, par le plus élémentaire des désir, celui de simplement vivre,  qui me fait me comporter ainsi, à présent.  Je veux parler, par exemple, du plaisir de remplir ses poumons d'un air frais, un matin, en faisant une simple ballade, en tenant par la main l'homme que j'aime.  Ou de celui de rédiger une simple phrase, qui sonne bien, qui, concise, va augurer un nouveau calligramme. Ou encore, celui de d'offrir çà celui qu'on aime, le plaisir d'une conversation bourrée des jeux de mots, tous plus foireux les uns que les autres, dignes d' inspirer l'almanach Vermot !

 Enfin, s'il est une profession, qui a mes yeux, donne à un être humain, de multiples occasions de jouir, de façon infiniment plus subtiles qu'en se prenant une cuite, c'est bien celui d'auteur compositeur interprète.

 Auteur, (moi, comme muse, il semble que ce soit en temps qu'auteur, que j'ai la prétention d'en faire jouir beaucoup, même si ça n'est pas séxuel, c'est d'une forme de jouissance, dont je parle),  de composteur, et d'interprète, quand vous vous retrouvez devant votre public...

 Qu'un mec qui fait les trois huits, s'emmerde au point de devoir avoir affaire, aux paradis articiels, je peux plus facilement le  comprendre... Mais vous, mesdames et messieurs, non, vraiment..."ça n'est pas raisonnable"...

 Si vous en êtes là, (je ne cite pas de nom), vraiment, je vous recommande de consulter. Il est des pères, eux aussi, auteurs compositeurs interprètes, qui visiblement n'ont pas contaminé leur fils, que pour le bon, et vous m'en voyez, moi, la première désolée... Mais je serai là, et je veillerai.
_________________
"Je m'appelle Françoise", c'est comme ça dans ma vie, quand on me dit "framboise" je m'en vais je m'enfuis, je m'en vais je m'enfuis".


Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 23 Jan - 14:13 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Le Forum de Françoise Niel Aubin. Forum Index -> Et si on philosophait un peu.... -> Le vice et la vertu, je dirai même, "Le boulon et la verdure". All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group